973222084

©2020 by AFRICA NEWS. Proudly created with Wix.com

RDC : les jeunes de la coalition présidentielle exigent la démission du Premier ministre Ilunkamba.

Les jeunes du Cap pour changement (CACH), la coalition présidentielle ont exigé,  samedi 25 janvier à Kinshasa, la démission du premier ministre Sylvestre Ilunga ilunkamba pour n'avoir pas interpelé les ministres qui s'érigent en obstacle aux décisions du président Félix- Antoine Tshisekedi Tshilombo.

C'est au cours de la cérémonie d'échange des voeux avec les élus de leur coalition, que ces jeunes ont accusé le chef du gouvernement de laxisme " Quant au premier ministre, la jeunesse reproche en son chef,  son laxisme,  étant donné que comme chef du gouvernement,  Il devait interpeler ses ministres qui s'erigent en obstacle contre les décisions du Chef de l'État, ne l'ayant pas fait,  il est tombé  dans le lot de complicité. c'est pourquoi,  la jeunesse de la coalition Cach exige in illico la révocation des ministres réfractaires ; ou mieux la démission pour son laxisme et sa complicité face aux ministres qui défient l'autorité du Chef de l'État  en blocant l' exécution de ses ordonnances", ont indiqué les jeunes pro  - Tshisekedi dans leur declaration lue par Mubenga Kayembe, cadre de la Jeunesse du parti présidentiel, l'UDPS.   Ils estiment que cette démission "permettra au Président de la République de nommer un informateur en vue de dénicher une nouvelle majorité au parlement".

C'est depuis le mois de mai 2019 que le Président Tshisekedi,  Chef de l'État avait signé des ordonnances nommant les mandataires dans certaines entreprises publiques, notamment, la société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC)  et la Générale de carrière et des mines (GECAMINES).  

L'application de ces ordonnances a été bloquée par le Front Commun pour le Congo (FCC), plateforme de l'ex - président  Joseph Kabila. 

Notre rédaction conclus très brièvement que cette demande à la démission du premier ministre reste une démarche politiquement sans impact. Les congolaises et congolais doivent connaitre leur cible. Sans la dissolution du parlement, le premier ministre restera le même.



0 vue