POLITIQUE EN RDC : Félix Tshisekedi hausse le ton face à Kabila

Le président congolais, après avoir envisagé une dissolution de l’Assemblée nationale, poursuit son bras de fer avec le FCC de Joseph Kabila, à qui il attribue le blocage de plusieurs de ses initiatives.

C’est parce qu’il est très attaché à sa réforme constitutionnelle, qui prévoit notamment le retour à une élection présidentielle à deux tours, que Félix Tshisekedi a publiquement menacé, le 19 janvier à Londres, où il assistait au sommet Royaume-Uni - Afrique, de dissoudre l’Assemblée nationale.

Sa crainte est que celle-ci, qui est contrôlée par le FCC de Joseph Kabila, ne fasse obstacle au projet. Le 16 janvier déjà, le chef de l’État congolais avait brandi la même menace lorsqu’il avait convoqué Jeanine Mabunda et Alexis Thambwe Mwamba, présidents respectivement de la Chambre basse et du Sénat.

Mais, depuis, Tshisekedi a, selon nos informations, décidé de calmer le jeu. Le 23 janvier, il a envoyé son haut représentant, Kitenge Yesu, informer Kabila qu’il n’avait pour l’instant pas l’intention de dissoudre l’Assemblée – ce discret entretien a duré deux heures.

Trois ministres dans le viseur.


0 vue

973222084

©2020 by AFRICA NEWS. Proudly created with Wix.com